Facebook Instagram Twitter

Toa, Miel et Yumurí : le charme des rivières de Baracoa

Auteur:
Indira Rosell Brown
Date de publication / actualisation:
2 septembre 2023

Les rivières de la municipalité orientale de Baracoa: Toa, Miel et Yumirí et l'écosystème qui les accompagne constituent l'une des principales attractions de Cuba. Ses eaux propres et profondes ont conquis de nombreux visiteurs, qui reviennent encore et encore.

Río Yumurí

Baracoa est la ville des eaux. Rivières, cascades, ruisseaux, rafraîchissent la ville montagneuse et verte, encore quasi inexplorée. Voyager en bateau à travers ses puissants fleuves fait partie de la vie quotidienne de ses habitants qui remarquent à peine, en raison de la routine, le privilège que signifie vivre dans un lieu à la nature exubérante. Pour le visiteur, ses eaux cristallines et froides sont un véritable délice.

Cañón del Río Yumurí (Baracoa)

Un large débit, un petit canal et des pentes abruptes distinguent les 13 rivières et ruisseaux de la ville. Ils se reconnaissent aussi par une curiosité géologique que l'on ne retrouve que dans ces fleuves : les tibaracones, bandes de sable qui naissent sur la côte et s'étendent parallèlement à celle-ci, séparant le fleuve de la mer.

Celui qui se baigne dans la rivière Miel reste ou revient à Baracoa

C'est ce que disent les habitants avec conviction. Certains voyageurs y ont d’ailleurs trouvé résidence, prenant au mot la rengaine.

Valle del Yumurí

Les habitants de Baracoa disent que lors de l'émigration des colons français dans la région entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle, une fille nommée Daniela vivait dans la ville. Elle était la fille d'une famille française d'Haïti qui, comme tant d'autres, a fui la Révolution pour se réfugier dans cette partie orientale de Cuba.

Après avoir acheté plusieurs terrains à Baracoa, la famille de la jeune fille prospéra dans le commerce du café. Ils parvinrent ainsi à récupérer les richesses perdues en Haïti. Et Daniela avait aussi une raison de se sentir heureuse dans la ville orientale : elle était tombée amoureuse du jeune créole Alejandro, et son amour était réciproque.

C'est ainsi que se déroule la vie de cette famille française jusqu'à ce que Napoléon Bonaparte envahisse l'Espagne en 1808. L'événement aura des conséquences sur les Français résidant dans les colonies espagnoles : cette même année, le gouverneur général de Cuba approuvera un décret ordonnant l'expulsion immédiate des Français résidant sur l’île.

Río Miel

Comme prévu, Daniela et Alejandro refusèrent de se séparer et les habitants disent qu’ils auraient fuis dans les forêts de Baracoa. En atteignant la rivière Miel, ils s’immergèrent dans ses eaux transparentes et on dit que la rivière, émue par les larmes de Daniela, promit que tous ceux qui se baigneraient dans ses eaux resteraient au village ou y reviendraient.

C'est ce que raconte la légende, mais ceux qui se sont baignés dans la rivière Miel assurent que ses eaux cristallines et sa végétation diversifiée sont difficiles à oublier.

L'Amazonie cubaine

Le voyage en cayuca, à travers la rivière Toa, la plus grande de Cuba, est une aventure. Les habitants de Baracoa appellent les embarcations créées par les aborigènes qui peuplaient autrefois la région, cayuca. L’espèce de pirogue était construite en creusant le tronc d’un palmier, arbre très abondant dans la région. Actuellement, les barques sont construites en cèdre et majagua et la partie avant est arrondie pour faciliter la navigation.

Río Toa

La rivière Toa prend sa source dans les montagnes Yateras et descend des hauteurs sur 130 km jusqu'à ce qu'elle atteigne la mer. C'est le fleuve le plus puissant de Cuba ponctué par des chutes d'eau abondantes. Le plus haut, El saltadero, se brise à 17 m de haut.

L'Amazonie de Cuba : c'est ainsi qu'on appelle le Toa, pour sa faune diversifiée et sa végétation abondante.

Río Toa

Cette rivière et ses environs sont propices au tourisme nature. La rare intervention de l'homme dans ce site - c'est la zone la moins peuplée de Cuba - profite à une nature restée presque vierge.

Le bassin du fleuve Toa, qui s'étend sur environ 1,60 km2 du massif montagneux au nord de la province orientale de Guantanamo, occupe environ 70% de la réserve de biosphère "Cuchillas del Toa". Il est le mieux conservé de l'archipel cubain.

Yumurí et son cadre séduisant

Peut-être que ce qui rend cette rivière si spéciale c’est le paysage qui l'accompagne : palmiers, cocotiers, cupeyes, une variété d'amphibiens endémiques et plus de 60 types d'oiseaux entourent le fleuve Yumurí. Ainsi, pendant que vous profitez d'un bain dans ses eaux froides et transparentes, vos yeux seront ravis par l'un des endroits les plus charmants de Baracoa.

Río Yumurí (Baracoa)
Yumurí fait partie de la Cuchilla del Toa. Il naît à 30 km à l'est de Baracoa et parcourt 54,2 km jusqu'à ce qu'il se termine sur la côte nord de l'extrême est cubain. Le canyon qui l'entoure, l'une des principales attractions, atteint 200 m de hauteur et 220 de profondeur.

Préféré des locaux et des voyageurs, Yumurí se distingue par ses falaises que l'on peut observer, tout en faisant une promenade en bateau à travers ses 250 mètres navigables.

Río Yumurí (Baracoa)

Comparé au Toa et à la rivière Miel, Yumurí offre l'opportunité de découvrir la nature presque inexplorée de ce qui fut la première ville de Cuba. Ses eaux calmes, qui reflètent la verdure environnante, vous invitent à revenir, encore et encore.

traducteur:

Editorial Cubania

Cubanía

Cubanía s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Cubanía souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues.

tous les articles

Vous aimerez aussi