Facebook Instagram Twitter

Les plus grands boleros cubains

Le bolero : l’essence même de la musique cubaine

Auteur:
Indira Rosell Brown
Date de publication / actualisation:
17 juin 2023

Le boléro cubain a fait le tour du monde, et même à l'époque du reggaeton, du hip hop et de l'électro, il continue de ravir les amateurs de bonne musique. Voici, parmi des milliers de chansons, 3 boléros qui expriment la riche tradition musicale de Cuba.

Trío Matamoros

Il n'est pas allé dans une académie pour apprendre la musique. Cependant, Pepe Sánchez a toujours été acclamé lors de soirées en tout genre pour sa capacité à jouer de la guitare et ses belles compositions.

On dit que Pepe, après avoir terminé sa journée de travail comme tailleur, se produisait dans les clubs de Santiago, reperts de guitaristes, compositeurs et chanteurs. Là, guitare à la main, il laissait libre cours à son esprit romanesque et rêveur. De son ingéniosité est né Tristezas en septembre 1883, une œuvre qui est considérée par les experts comme le premier boléro.

Ainsi a commencé l'histoire de ce genre musical dont la paternité, bien que contestée par de nombreux pays d'Amérique latine, a été attribuée à Don Pepe Sánchez par des musiciens de renom tels que Gonzalo Roig, Sindo Garay et Rodrigo Prats.

 Qu'est-ce qu'un boléro ?

À l'origine, ce genre musical avait une structure définie, généralement pour trente mesures, accompagnées d'une brève introduction et d'un intermède. Une autre de ses caractéristiques était l'utilisation de ce qu'on a appelé le cinquillo cubain (apport musical de cette île définie comme croche-double-croche-croche-demi-croche en temps 2 par 4).

Trio Matamoros

Le boléro a fusionné avec d'autres genres musicaux tels que le son, la ranchera, le mambo et le chachachá. L'amour, la misère, la nostalgie, sont presque toujours la raison d'être de ses paroles, accompagnées de douces mélodies.

Le boléro est si profondément enraciné à Cuba et dans le reste des pays hispanophones que le Festival international Boleros de Oro y est célébré tous les deux ans.

3 boléros cubains qui expriment la riche tradition musicale de Cuba

Las perlas de tu boca - Les perles de ta bouche

“Esas perlas que tú guardas con cuidado, en tan lindo estuche de peluche rojo, me provocan…”

"Ces perles que tu gardes précieusement, dans un si bel écrin rouge, me rendent fou ..."

Barbarito Díez

"Las perlas de tu boca"

Barbarito Díez

C'est ainsi que Barbarito Diez a chanté, avec son timbre si particulier, ce morceau emblématique dans les cabarets havanais des années 40.

Las perlas de tu boca  a été composé par Armando Bronca et le pianiste, compositeur et chef d'orchestre Eliseo Grenet, qui est également devenu célèbre pour des œuvres comme ¡Ay Mama Inés ! Grenet a également conquis les scènes parisiennes avec sa stylisation de la sonorité cubaine la Conga, qui apparaît avec sa fameuse chorégraphie interprétée par Joséphine Baker dans le film "La princesa Tam-tam".

L'interprétation de Las perlas de tu boca par le chanteur cubain Barbarito Diez fut l'une des plus célébrée pour son « style, sa technique et ses gammes incomparables ».

Barbarito Diez

Esas perlas que tú guardas con cuidado en tan lindo estuche de peluche rojo;
Me provocan, nena mía, loco antojo
De contarlas beso a beso enamorado...
Quiero verlas como chocan con tu risa, quiero verlas alegrar con ansias locas;
Para luego arrodillarme ante tu boca y, pedirte de limosna una sonrisa.

Ces perles que tu gardes précieusement dans un si joli écrin rouge ;

Elles me provoquent, mon bébé, envie folle

Pour les compter baiser par baiser amoureux...

Je veux les voir se heurter à ton rire, je veux les voir s'égayer de désirs fous ;

Pour ensuite s'agenouiller devant ta bouche et, te suplier un sourire.

Juramento - Serment

Ce boléro, inspiré par une profonde tristesse, a ému toute l'Amérique latine, grâce aux voix de Siro, Miguel et Cueto, membres du Trio Matamoros.

Waldo Mendoza y Omara Portuondo

"Juramento"

Juramento est la création du grand Miguel Matamoros, guitariste, chanteur et compositeur qui s'est aventuré avec succès dans tous les genres et sons de la musique cubaine. Il est également l'auteur de l'emblématique boléro-son : Lágrimas negras, représentant incontesté de la culture cubaine à travers le monde.

Avec Cueto et Siro, Miguel a composé des chansons dont l’expression authentique de la cubanité ont donné à la musique cubaine un caractère universel.

Des chanteurs comme Compay Segundo, Osdalgia et, bien sûr, le Trío Matamoros lui-même, ont interprété le boléro Juramento. Ses paroles tristes et romantiques ont captivé les mélomanes du monde entier. Les versions du chanteur cubain Waldo Mendoza et de la Diva du Buena Vista Social Club, Omara Portuondo, font partie des plus célèbres.

Trío Matamoros

Si el amor hace sentir hondos dolores
 y condena a vivir entre miseriasyo
te diera, mi bien, por tus amores
hasta la sangre que hierve en mis arterias.
Es surtidor de místicos pesares
que hace al hombre arrastrar largas cadenas
yo te juro arrastrarlas por los mares
infinitos y negros de mis penas

Si l'amour te fait ressentir une douleur profonde

et condamne à vivre parmi les misères

Je te donnerais, mon bien, pour ton amour

jusqu’au sang qui bout dans mes artères.

C'est un pourvoyeur de douleurs mystiques

qui fait qu'un homme traîne de longues chaînes

je te jure de les traîner à travers les mers

infinies et noires de mes peines.

Cómo fue - Que s’est-il passé

Impossible de rester indifférent à l'écoute de ce boléro d'une beauté singulière écrit par Ernesto Duarte. Elena Burke, Ibrahim Ferrer, Pancho Céspedes... autant de voix qui ont interprété cette chanson ! Mais aucune ne semble avoir touché le public aussi profondément que celle du chanteur cubain Benny Moré, el barbaro del ritmo, le barbare du rythme.

Benny Moré

"Como fue"

Avec sa large gamme vocale qui lui a permis d'interpréter magistralement tous les genres de la musique cubaine, Benny a fait de "Cómo fue" une œuvre durable. D'autres boléros comme « Alma mía », « Te quedarás », « Hoy como ayer », sont restés dans la mémoire du public ibéro-américain, grâce à la voix incontournable de Benny.

On dit que lorsque el barbaro del ritmo chantait au Centro Gallego, aujourd'hui le Grand Théâtre Alicia Alonso de La Havane, les gens se pressaient sur le trottoir et dans les jardins du Capitole national pour écouter sa voix tellurique interpréter les boléros notamment, et sa musique si captivante en général.

Benny Moré

¿Cómo fue?
No sé decirte cómo fue
No sé explicarme qué pasó
Pero de ti me enamoré
Fue una luz
Que iluminó todo mi ser
Tu risa como un manantial
Regó mi vida de inquietud
Fueron tus ojos o tu boca
Fueron tus manos o tu voz
Fue a lo mejor la impaciencia
De tanto esperar tu llegadaMas no sé
No sé decirte cómo fue
No sé explicarme qué pasó
Pero de ti me enamoréFueron tus ojos o tu boca
Fueron tus manos o tu voz
Fue a lo mejor la impaciencia
De tanto esperar tu llegadaMas no sé
No sé decirte cómo fue
No sé explicarme qué pasó
Pero de ti me enamoré

Que s’est-il passé ?

Je ne saurais pas te dire comment s’est arrivé

Je ne sais pas comment expliquer ce qui s'est passé

Mais de toi je suis tombé amoureux

Ce fut une lumière

qui a illuminé tout mon être

Ton rire comme un ruisseau

a arrosé ma vie d'agitation

Était-ce tes yeux ou ta bouche

C'était tes mains ou ta voix

C'était peut-être de l'impatience

D'avoir attendu si longtemps ton arrivée

je ne sais rien de plus

Je ne saurais pas te dire comment s’est arrivé

Je ne sais pas comment expliquer ce qui s'est passé

Mais de toi je suis tombé amoureux.

traducteur:

Editorial Cubania

Cubanía

Cubanía s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Cubanía souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues.

tous les articles

Vous aimerez aussi