Facebook Instagram Twitter

L'architecture cubaine selon « Govantes & Cabarrocas »

Auteur:
Indira Rosell Brown
Date de publication / actualisation:
7 mai 2023

Cette entreprise emblématique est à l’origine d’œuvres considérées comme des repères de l'architecture havanaise, à tel point que les experts s'accordent à dire que sans Govantes & Cabarrocas : « La Havane ne serait pas La Havane ».

Le Capitole

Peut-on penser La Havane sans le Capitole ? Ce serait difficile. Tout aussi étrange de l'imaginer sans la Bibliothèque nationale José Martí ou sans les cariatides qui distinguent le Centre culturel hispano-américain. C'était peut-être le but des deux architectes cubains Félix Cabarrocas et Evelio Govantes lorsqu'ils ont conçu leurs œuvres : laisser une marque indélébile sur la ville qu’ils considéraient comme étant la toile de leurs créations.

Govantes & Cabarrocas était la société d'architectes la plus importante de la première moitié du XXe siècle à Cuba. Evelio Govantes, l'un de ses membres, avait obtenu son diplôme d'ingénieur civil et d'architecte à l'Université de La Havane en 1907. Trois ans plus tard, le rejoindra celui qui sera son collègue pendant plusieurs années : Félix Cabarrocas.

Avant d'unir leurs talents au sein de l'emblématique cabinet, les deux architectes avaient testé leur ingéniosité dans divers métiers. Govantes fut l'un des premiers promoteurs de la restauration sur l'île. De son poste à l'hôtel de ville de La Havane – aujourd’hui, Musée de la Ville -, il promut la restauration de plusieurs bâtiments dans la partie la plus ancienne de La Havane. Amoureux de l'architecture coloniale, il prôna sa conservation : grâce à son travail, la Place d'Armes et la Cathédrale sont déclarées patrimoine national, obtenant ainsi un important degré de protection.

Félix Cabarrocas fut un adepte du courant historiciste éclectique qui caractérise l'architecture du XXe siècle : il cultiva le style néocolonial cubain, les racines européennes classiques et l'Art déco. Il fut catalogué par les experts comme un "artiste intégral", car il était non seulement un excellent designer, mais aussi un grand maître de la sculpture et du dessin.

Dôme du Capitole (Intérieur)

C'est aussi Cabarrocas qui, en 1917, apporta d'importantes modifications aux escaliers, au portique et au dôme sur le projet du Capitole national conçu par les architectes Rayneri (père et fils) en 1910. Son ingéniosité se refléta également dans le magnifique clocher qui met en valeur l'église de style baroque de Nuestra Señora del Carmen dans le quartier de Centro Habana.

L'empreinte de Govantes & Cabarrocas

Le Capitole

Le Capitole national, inspiré du Panthéon de Paris, est la première œuvre qui vient à l'esprit quand on pense au travail des architectes cubains. En 1925, la société reprend le projet ajourné depuis quatre ans et ajoute des éléments plus classiques au dôme, embellit l'escalier monumental et ajoute des pilastres aux portiques latéraux.

Le Capitole
Le bâtiment, érigé pour abriter le corps législatif de la république, a coûté 17 millions de pesos et à l'intérieur il abritait un diamant qui marquait symboliquement le kilomètre zéro de l'autoroute centrale de Cuba. Le paysagiste français, Jean Claude Forestier, a été chargé de concevoir ses jardins.

La Bibliothèque Nationale

Le bâtiment colossal de la Bibliothèque nationale de Cuba, sur la Plaza de la Revolución, a également été conçu par le duo Govantes Cabarrocas. Pour son intérieur, les architectes cubains ont choisi le style Art déco reflété à travers des figures géométriques sur les sols et les murs. Le marbre et le granit ont été largement utilisés dans le bâtiment, qui se distingue également par une décoration sobre et sertie de végétaux naturels.    

Bibliothèque nationale en construction (Années 50)

Le Centre Culturel Hispano-américain

La société Govantes & Cabarrocas est également vénérée pour la conception du Palacio de las Cariátides, désormais rebaptisé Centre de culture hispano-américain. Le bâtiment construit en 1924 sur le Malecon de La Havane rappelle l'architecture grecque classique.

Centre Hispano-americano sur le Malecon

Le quartier de  Lutgardita

Le quartier populaire Lutgardita avec son cinéma-théâtre d'ambiance et l'école technique pour garçons, décorés d'éléments du baroque espagnol, sont également l’oeuvre du duo Govantes Cabarrocas.

Lutgardita

La maison de Catalina Laza et Juan Pedro Baro

Le manoir du couple cubain à l'histoire d'amour la plus célèbre de l'île, dont les jardins ont été dessinés par le célèbre paysagiste français Jean Claude Forestier, et qui est aujourd'hui le siège de l'institut Casa de la Amistad a également été conçu par le cabinet d'architectes.

Casa de la Amistad sur l'avenue Paseo

Le Musée Napoléon

L'entreprise a également réalisé, parmi d'autres nombreux projets, la résidence dans le style d'une villa florentine où vécut l'homme politique Oreste Ferrara, aujourd'hui le Musée Napoléonien.

Museo Napoleónico

La Havane de Govantes et de Cabarrocas

C'est ainsi que l'architecte Daniel Taboada résumerait l'héritage de Govantes & Cabarrocas lors de sa conférence Cent Ans d'Architecture :

Se passer de ces travaux… donnerait au paysage urbain un aspect semblable à la surface lunaire, pleine de cratères

traducteur:

Stéphane Ferrux-Bigueur

AM:PM Magazine

Le magazine AM:PM est fondé en 2018 par une équipe jeune qui cherche à renouveler les références locales sur la musique cubaine. Leur projet est multimedia, interactif, social et culturel, focalisé sur l’analyse des phénomènes et des scènes musicaux de Cuba. C'est le premier magazine moderne, à adopter un langage contemporain, entièrement focalisé sur la musique cubaine, malgré le fait que celle-ci est un des éléments sine qua non de l’identité nationale. Par principe, leurs publications reflètent les mutations de la musique cubaine et celles qui y sont liées. Il la met en contexte de l’environnement institutionnel cubain aussi bien que de l’industrie globale du spectacle. Il parie pour une rénovation des thèmes et formes du journalisme musical, pour travailler vers une autre façon de comprendre la culture depuis Cuba. Pour ce faire, il prétend développer une plateforme digitale comme espace à partir duquel générer une série de contenus textuels plus traditionnels comme les reportages, les articles, les entretiens en profondeur et les profils, aussi bien que d’inclure des formats plus contemporains. Voir site internet : https://www.magazineampm.com/

https://www.magazineampm.com/ tous les articles

Vous aimerez aussi