Facebook Instagram Twitter

Etre seniors à Cuba et entreprendre

Auteur:
Indira Rosell Brown
Date de publication / actualisation:
29 juillet 2023

Cubanía s'est entretenue avec les entrepreneuses cubaines Esther de La Paz et María Victoria. Elles affirment qu'entreprendre à cette étape de la vie les a transformés.

Emprendedoras en Cuba

Cuba est un pays vieillissant. Selon le dernier recensement de la population et de l'habitat, réalisé dans le pays, 20 % de la population a plus de 60 ans. Le chiffre est inquiétant, car il y a de moins en moins de personnes en âge de travailler.

Conséquence de cette situation, un phénomène surprenant commence à être observé : les entreprises créées par des seniors.

C'est le cas d'Esther de La Paz Valdés et de María Victoria Fernández, fondatrices de « Daya. cosmétiques naturels », une entreprise cubaine qui se consacre à la fabrication artisanale de produits pour le soin des cheveux et de la peau.

Cosmética natural (Daya)

L'idée est venue de la fille d'Esther, Dayana Pulido, qui, pendant la pandémie de COVID-19, a commencé à expérimenter des produits naturels pour embellir ses cheveux afro. Le résultat fut si favorable qu'elle fut encouragée à créer également des produits pour la peau.

« Ma fille a commencé à fabriquer de l'huile de coco de manière très traditionnelle, elle l'a essayée sur ses cheveux et l'a également partagée avec ses amis », déclare Esther avec enthousiasme. « Ceux-ci l'ont encouragée à créer d'autres produits cosmétiques et María Victoria et moi avons commencé à l'aider ».

Esther et son associé semblent très heureuse de travailler dans cette entreprise. Avant cela toutes les deux ont pourtant enduré une expérience familiale similaire, qui devient de plus en plus courante sur l'île : des femmes en âge de travailler quittent leur emploi pour s'occuper des personnes âgées de leur famille.

J'ai pris soin de ma mère qui souffrait de démence sénile pendant 11 ans, - nous raconte María Victoria, 61 ans - j’ai dû arrêter de travailler quand j'étais encore jeune. Je suis technicienne en kinésithérapie et j'aimais beaucoup mon métier, mais j'y ai renoncé pour m'occuper de ma mère parce que je sentais que c'était mon devoir. Ce furent des années très difficiles pour moi. Mais elle a toujours été là pour moi et j'ai décidé d'être là pour elle.

Aujourd'hui, María Victoria semble très satisfaite de sa nouvelle occupation. Elle explique en détail à ses clientes comment utiliser chaque produit cosmétique. Bien qu'elle se dise timide, elle sait très bien convaincre.

« Moi-même, je ne sais pas comment je peux vendre - avoue-t-elle - car après tant d'années enfermée chez moi, prostrée dans mon monde, il m'était difficile d’imaginer que je pourrais m’en sortir. Mais maintenant je me sens utile ».

Cosmética natural (Daya)

Esther, qui était technicienne d'exploitation des transports, a quitté son emploi pour s'occuper de sa mère qui souffrait également de démence sénile.

« Ma mère était très drôle - se souvient-elle – mais petit à petit elle a décliné. J'ai dû lui consacrer 15 ans de ma vie et cela a affecté bien d'autres domaines de mon existence ». Maintenant, Esther avoue qu'elle aime s'habiller élégamment pour aller dans son magasin et servir les clients.

Cette entreprise, comme beaucoup sur l'île, est une entreprise familiale. Elle se distingue par le recyclage du verre et par des produits 100% naturels.

Le magasin est le fruit de nos efforts, explique Esther. María Victoria et moi nous occupons de la désinfection des contenants et nous collaborons à la préparation des produits. Nous n’en sommes qu’au début, mais nous avons déjà remporté quelques succès et nous voulons continuer à grandir.

Emprendedores en Cuba

En plus du magasin, María Victoria et Esther vendent leurs produits sur des marchés, c'est pourquoi nous les avons trouvées à la Foire internationale du livre 2023.

« L'un des produits que nous avons le plus vendu ici est le baume pour les pieds au curcuma, en raison de sa nature anti-inflammatoire, promoteur d'une bonne circulation sanguine et parce qu'il est très efficace pour contrer les piqûres d'insectes », explique-t-elle.

Elles fabriquent également un masque à l'argile blanche et au charbon actif pour soulager l'acné juvénile. Les crèmes pour la peau à la camomille et à l'aloe vera sont également très demandées.

Esther et María Victoria expliquent qu'il faut beaucoup d'efforts pour fabriquer chaque produit en raison de la rareté des matières premières dans le pays. Cependant, elles avouent que ce métier les passionne à une étape de la vie où d'autres de leur génération passent beaucoup de temps chez eux et seuls. Il n'est pas surprenant qu'elles soient si actives et souriantes.

Emprendedores en Cuba

J'aime rencontrer des gens nouveaux et parler, dit Esther. Je ne me sentais pas capable de vendre, et pourtant aujourd’hui je trouve cela de plus en plus facile. Je ne veux plus rester à la maison. C'est très bien de sortir tous les jours. Je me sens heureuse.

traducteur:

Editorial Cubania

Cubanía

Cubanía s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Cubanía souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues.

tous les articles

Vous aimerez aussi