Facebook Instagram Twitter

Un pays, deux monnaies

Depuis les années 90, Cuba cherche l'équilibre économique à travers la monnaie

Auteur:
Bertrand Ferrux-Bigueur
Date de publication / actualisation:
16 avril 2024

Avec l'arrivée massive de visiteurs dans les années 1990, Cuba décide de créer, en plus de la monnaie nationale, une nouvelle monnaie « forte » pour contrer le dollar, trop présent. Depuis, le casse-tête de la double monnaie ne s'est jamais intérrompu. Ici, à replacer dans le contexte, voici l'histoire du CUC ou Peso Convertible qui durera jusqu'en 2021

Billet de 10 CUP (monnaie nationale) à gauche / Billet de 10 CUC (devise) à droite

La monnaie nationale

Le peso cubain reste la monnaie officielle, il est utilise pour le versement des salaires, le règlement des services de base - eau, gaz, électricité -, les achats de première nécessité, les paiements de la vie courante, etc. Sans le tourisme et les infrastructures qui y sont liées, le peso cubain suffit... lorsqu'on en gagne assez.

Le salaire est en moyenne de 1000 pesos cubains, pour donner un ordre d'idée 1 dollar en vaut 25. L'abonnement à la compagnie des eaux coûtera 15 CUP, aller au théâtre vaut 25 CUP, et 2 CUP son entrée au cinéma. Prendre le bus, quelque soit la distance, se monte à 40 centimes de pesos cubains.

La monnaie forte : le CUC remplace le dollar américain

Pour un vacancier, la monnaie nationale est inutile, à moins de vouloir prendre les transports publics ou acheter quelques fruits sur des marchés locaux. En général, même ces dépenses sont possibles en CUC ou peso convertible, il s'agit de la monnaie indispensable pour les visiteurs. Initié en 1993, il remplace définitivement le dollar américain (USD) en 2004. Son taux de change est déterminé par voie législative, sans rapport avec une valorisation sur les marchés monétaires dont il est exclu.

Le CUC représente la monnaie forte du pays, celle qui va permettre de s'offrir la totalité des loisirs : déplacements, restaurants, bars, activités, souvenirs, sorties etc. et son taux est calqué sur celui du dollar américain à parité égale, 1 CUC = 1 USD. Il est donc également utilisé par les Cubains en complément de la monnaie nationale.

Disponibles uniquement à Cuba - inutile d'en demander à sa banque en France - ils sont obtenus dans les bureaux de change du territoire appelé Cadeca, les banques ou dans les hôtels. Il suffit de présenter sa carte bancaire et son passeport, ou de choisir de faire le change avec les liquidités de toute autre monnaie officielle, l'euro par exemple, hors dollar américain, fortement surtaxé, ils seront le moyen de retrait à distribuer. Les distribusteurs, bien que très fiables, sont parfois bien cachés et ne disposent pas toujours de CUC. Ils sont néanmoins de plus en plus nombreux et leur écran est en anglais et en espagnol.

S'entraîner en calcul mental...

Singularité d'un pays hors du commun et particularité écononique, il est nécessaire de s'habituer à jongler entre les deux monnaies. La devise est clairement énoncée – peso cubano ou peso cubano convertible – sur les billets ; ceux en monnaie nationale disposent du portrait d'un héros cubain, ce qui n'est pas le cas des CUC : une manière de ne pas se tromper. À noter qu'un étranger ne peut pas retirer de CUP avec sa carte de crédit étrangère, pour en obtenir il devra nécessairement échanger ses CUC dans un bureau de change.

La fin du CUC

Le CUC est officiellement interdit de sortie du pays et avant 2019, les visiteurs dépensaient leurs derniers deniers dans les boutiques de la salle d'embarquement. Depuis cette date, on ne peut plus y régler ses achats qu'en euro ou en dollars. Certes, le bureau de change dans l'enceinte de l'aéroport pourrait racheter les derniers CUC. Dans les faits il ne les change presque jamais, alors autant tout dépenser dans les dernières heures.


Cubanía

Cubanía s’efforce de retranscrire, que ce soit par l’image, le son, ou l’écrit, la vie quotidienne de La Havane et de Cuba à un public hétéroclite, curieux, intéressé, souvent non résidents. Toujours en dehors des grands débats politiques, économiques ou des thèmes couramment traités par les médias officiels, Cubanía souhaite au contraire faire témoigner les Cubains de tous les jours, la société dans son organisation actuelle, à travers des lieux, des traditions, des expressions culturelles parfois méconnues.

tous les articles

Vous aimerez aussi